Présentation (On ne rate pas sa vie 00)

Nos mondes sont peuplés de fantômes. Il suffit de se pencher sur son passé pour les voir apparaître un à un dans une sorte de procession sans fin. Certains vous adressent des reproches, d’autres des compliments, mais la plupart d’entre eux expriment des regrets. Pourquoi avez-vous fait telle chose plutôt qu’une autre? Pourquoi telle décision ? Pourquoi n’avez-vous pas aimé cette femme comme elle le méritait ?

Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?

Puis vous devenez vieux et, avec la vieillesse, vient normalement la sagesse, laquelle consiste souvent à apprendre à mourir ou, à tout le moins, à prendre conscience de sa finitude. Alors, vous vous dites que, peu importe ce que vous auriez pu faire, il y aurait eu des regrets et, avec eux, des gens pour vous accabler de reproches… Les pires choses qui puissent arriver à l’homme vieillissant se résument à trois choses : le ressentiment, l’aigreur et, surtout, le sentiment de culpabilité qui mine sa sérénité et qui, par le fait même, gâche ses dernières années d’existence.

Voilà pourquoi il faut clamer haut et fort que, quoi qu’on dise, quoi qu’on fasse, on ne rate pas sa vie…

o0o

Vous venez de lire le quatrième de couverture d’un roman que je compte élaborer sous vos yeux, mois après mois, pendant une période indéterminée. Chaque premier du mois, je mettrai en ligne un chapitre succinct de ce roman intitulé On ne rate pas sa vie. J’ignore si je tiendrai le coup, tout comme j’ignore si cela représentera un quelconque intérêt pour vous, amis lecteurs. Je vais écrire, c’est tout. De 750 à 1500 mots par mois. Entre deux chapitres, soit le 15 de chaque mois, je diffuserai mes chroniques habituelles regroupés sous différentes rubriques (critique, idées, lectures, fiction, mots, etc.).

On ne rate pas sa vie a pris naissance lors d’une série de tweets rédigés en hommage à mon ami Pierre Rivet, co-fondateur d’ÉLP éditeur, alors qu’il s’apprêtait à prendre sa retraite. Une sorte d’hommage à cet ami qui, au tournant des années 1970, jouait souvent le rôle du raté sympathique aux yeux du groupe d’amis que nous formions alors. Avec un peu de recul, un simple regard sur ce que sont devenus les uns et les autres permet de nous rendre compte qu’il n’a pas raté grand chose, l’ami Pierre, et certainement pas sa vie ! Si le cœur vous en dit, vous pouvez lire ces tweets regroupés en un seul billet en suivant ce lien. Vous verrez, ça explique bien l’idée à la base de ce projet de roman, à savoir que toute vie est unique et multiple, comme une marguerite dans un champ de marguerites. Je parle d’un roman… mais d’aucuns se poseront la question : roman ou mémoires ? Un roman, assurément, tant il est vrai qu’écrire c’est partir de notre propre vie pour en créer d’autres, y compris la nôtre. Par ailleurs, je ne me porte pas garant de la véracité des faits qui parsèmeront cette histoire… laquelle comptera parfois des interventions surnaturelles qui s’inséreront dans la trame des événements et qui peuvent difficilement être associées à un acte de mémoire. Il est normal, au fond, qu’il en soit ainsi parce que, quand on se penche sur son passé, sur des événements qu’on a délibérément vécus, on le fait toujours à partir du présent, d’où ce va-et-vient constant dans les échelles du temps. Le résultat « littéraire », si je peux m’exprimer ainsi, varie d’un auteur à l’autre… mais attendons un peu avant de faire le bilan. Après tout, je n’en suis qu’au chapitre zéro…

Voilà, donc, je vous convie à cette aventure littéraire dont je ne connais encore ni les tenants ni les aboutissants. Si je me casse la gueule en cours de route, je compte sur votre indulgence proverbiale pour passer l’éponge… Après tout, vous n’êtes pas des millions à me lire… mais ceux qui le feront, amis lecteurs, devront prendre leur mal en patience car cette série s’étendra sur plusieurs années… Je vous remercie d’avance de me lire et, le cas échéant, de m’envoyer vos commentaires.

Surtout, n’oubliez pas : on ne rate pas sa vie. Si vous êtes comme moi au seuil de la vieillesse, ça devrait vous rassurer… car il est trop tard pour réparer les erreurs du passé !

Je vous donne donc rendez-vous pour la lecture du premier chapitre de cette saga : le 1er août 2019.

o0o

chapitre 01