Daniel Ducharme : Culture web et expressions

Perry Rhodan 2 : La Terre a peur


Daniel Ducharme | Lectures | 2021-05-07


Au premier volume, souvenez-vous, Perry Rhodan, son compagnon Bully, le médecin de bord, et un collègue australien qui est venu l’épauler, tiennent un siège en plein milieu du désert de Gobi situé au nord de la Chine (ou au sud de la Mongolie, c’est selon). Pendant que les médecins tentent de sauver l’arkonide Krest, aux prises avec la leucémie, les puissances mondiales, qui s’entendent comme larrons en foire depuis que Perry Rhodan a neutralisé, grâce à la technologie arkonide, leur puissance nucléaire, bombardent sans arrêt l’Astrée, la fusée spatiale transformée en demeure de la Troisième force, ce minuscule État fondé par notre héros dans le but d’éviter la destruction de la Terre par une guerre nucléaire aussi fratricide et que stupide. La zone étant protégée par un champ de force, l’équipe de Perry Rhodan ne craint rien, même si des inquiétudes pointent ici et là, sans compter le vacarme permanent causé par ces obus qui s’écrasent en vain sur l’enveloppe protectrice.

Pendant ce temps, dans un travail de coordination inédit, les trois puissances mondiales envoient une fusée dans l’espace dans le but avoué de détruire le navire spatial des Arkonides, immobilisé sur la lune. Heureusement, Krest sort du coma, visiblement guéri de la leucémie, et Thora le rejoint au siège de la Troisième force. Mais un problème colossal se pose, toutefois : le navire spatial de la lune ayant été détruit, l’aéronef qui l’a ramené sur Terre - appelé « chaloupe » par les auteurs - n’est pas en mesure de les conduire jusqu’à la planète Arkonis située à 34 mille années lumières de la Terre. Que vont-ils faire ? D’autant plus que la coalition terrienne prépare un plan pour détruire leur base du désert de Gobi en construisant un souterrain.

Pendant que le tout se prépare, Krest estime que l’avenir des Arkonides passe par Perry Rhodan. Contre l’avis de Thora, il prend la décision de former Perry et son acolyte Bully en lui injectant, par une méthode d’apprentissage (l'indoctrinateur) dont je vous fais grâce des détails, l’ensemble des connaissances acquises par sa civilisation, de sorte que nos deux héros deviennent des super héros… En fait, des masses d’informations, renforcées par des amplificateurs électroniques, sont transmises aux neurones, puis emmagasinées dans les centres mémoriels, sans le moindre risque d’oubli. Voilà, vous avez tout compris !

En deuxième partie, l’intrigue se corse. En effet, les services secrets américains recrutent quatre personnes sur quatre continents, chacun d’eux ayant des dons spécifiques, télépathie pour le premier, télékinésie pour le deuxième, téléportation pour le troisième et, enfin, le quatrième peut voyager dans le temps et, par le fait même, connaître l'avenir. Deux de ses quatre personnes se mettent au service de Perry Rhodan, épousant sa cause au détriment des services secrets américains. Il s’agit de John Marshall, le télépathe, et Tako, le téléporteur. Celui-ci, en prévenant Perry Rhodan du danger qui menace la Troisième force, contribue à sauver la situation. En effet, après un conseil de guerre, Thora annihile tout le travail de creusage du passage souterrain qui aurait permis à la coalition des puissances mondiales de faire exploser la base.

Ce deuxième tome des Perry Rhodan se termine par une question ouverte. Pendant que la lumière pointe au loin, apportant un nouveau jour sur la planète, notre héros se demande simplement ce qu’il adviendra de lui, de son équipe, de la Terre et, bien entendu, de la galaxie en général.

Que faut-il penser de ce Perry Rhodan ? Un roman de gare qui se lit à la vitesse de la lumière. Un roman pas très bien écrit sur le plan littéraire, mais très efficace au niveau du déroulement de l’action. Certes, il y a beaucoup de naïveté, car il est tout de même étrange que des personnes, en poste de haut commandement, se rallient si facilement aux rebelles de la Troisième force, comme s’il y avait une morale agissante dans les relations internationales. On sait bien que ça ne se passe pas comme ça. Sinon on n’aurait pas déstabiliser l’Irak et la Libye… 

En terminant, soulignons que, avec ce deuxième volume, les auteurs ajoutent des éléments nouveaux à la trame romanesque : d’une part, Perry Rhodan bénéficie maintenant de pouvoirs acquis grâce à l’indoctrinateur des Akonides et, d’autre part, le lecteur assiste à l’arrivée des mutants, une nouvelle entité humaine qui jouera un rôle de plus en plus importants dans les fascicules à venir.

K.H. Scheer et Clark Carlton. La Terre a peur (Perry Rhodan 2), c1961, 1966 pour la traduction française.