Le Cercle (film) et les réseaux sociaux

Ce matin, je ne suis levé légèrement en retard, de sorte que j’ai préféré prendre le 486 au lieu du 430, ce bus qui file jusqu’en ville en longeant la rue Notre-Dame. Le lundi est toujours une journée chargée au bureau, alors aussi bien ne pas perdre trop de temps dans les transports publics. Je me sens calme. Hier, j’ai vu un film sur la dérive technologique, notamment sur Facebook. Il est vrai qu’il s’avère étonnant qu’une entreprise privée puisse avoir une telle influence sur nos vies. Des millions d’utilisateurs et ce, dans tous les pays. Dans ce film, on va jusqu’à convaincre l’État de passer une loi qui obligerait les gens à voter à partir de leur compte. Bien entendu, on ne nomme pas Facebook, mais l’allusion semble claire. Le film s’intitule Le Cercle et met en vedette Emma Watson et Tom Hanks. Il s’agit d’un film américain réalisé par James Ponsoldt en 2016.

Plusieurs personnes critiquent Facebook, dénonçant sa propension à utiliser vos informations personnelles à des fins commerciales. Si fondées soient-elles, il y a une part de naïveté dans ces critiques. Naïveté de ceux qui s’imaginent qu’on peut faire usage d’une infrastructure technologique à titre gratuit sans en payer les conséquences. Il n’y a rien de gratuit sur le Web : tout se paie, et même assez cher. Nous avons tous qu’il y a une accointance directe entre Google et Facebook, par exemple. Si vous vous informez sur un produit en surfant sur le Web, vous retrouverez des publicités de ce même produit dans la colonne de droite de votre compte Facebook. Ils s’appellent cela de la publicité ciblée. Malheureusement, contrairement à d’autres applications, vous n’avez pas le choix car Facebook ne propose pas une version payante pour éviter cette pub récurrente aux utilisateurs. C’est « gratuit », donc, et ça continuera à l’être.

Le Cercle n’est pas un bon film, même s’il procure un bon moment de détente et qu’il suscite la réflexion, du moins ce fut mon cas. Ce n’est pas un bon film parce qu’il y a des incohérences, des invraisemblances. Comme le gars qui a choisi l’anonymat tout en continuant à avoir accès à tous les serveurs de la société. Même chose pour le petit ami de May qui meurt sans qu’aucun procès n’ait lieu. Mais, bon, il est quand même assez bien pour que je ne donne la peine de rédiger ce billet.

Il convient de faire preuve d’une certaine réserve envers les réseaux sociaux. Doit-on les rejeter comme le font certains collègues et amis ? Le faire revient à se mettre volontairement en état d’exclusion du monde, et le monde n’a rien à cirer de ses « loosers ». Utilisez les réseaux avec prudence, voire avec pudeur, et ne croyez pas tout ce qu’on vous dit. N’empêche que j’espère de tout cœur que le film Le cercle ne soit qu’une fiction…

Mise en ligne le : 2018-02-01

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*