Daniel Ducharme : Culture web et expressions

Présentation de René Guénon (Métaphysique et recherche de sens 4)


Daniel Ducharme | Idées | 2021-06-15


Depuis la pandémie, je suis devenu bizarre, du moins suffisamment bizarre pour inquiéter certains amis qui, pourtant, me voient très peu compte tenu des restrictions sanitaires. Parmi ces bizarreries, cette nouvelle habitude de lire des œuvres en séries, comme celles d’Henri Verne (Bob Morane), des auteurs de Perry Rhodan, et même celle de Jules Romains dont le roman - Les hommes de bonne volonté - compte vingt-sept volumes. Et puis j’ai pris une autre décision, aussi bizarre que les précédentes, et que je mets en pratique en parallèle : celle de lire, par ordre chronologique de parution, l’oeuvre intégrale de René Guénon, ce penseur ésotérique qui a passé sa vie à tenter de comprendre le sens des choses, apprenant des langues (le grec, le latin, le sanscrit, l’arabe, pour ne citer que celles-là), lisant des textes sacrés des grandes traditions religieuses (bouddhisme, hindouïsme, taoïsme, islam et, bien entendu, judaïsme et christianisme), frayant avec des courants sprititualistes pour ensuite les rejeter (spiritsme, occultisme, théosophisme, franc-maçonnerie), étudiant les grandes philosophies occidentales (des philosophies grecques à passant par le kantisme et le matérialisme). Cet homme-là, doué d’une intelligence peu commune, a préféré se détourner des universités et des milieux politiques qui auraient pu lui apporter une certaine renommée et, ce faisant, un certain confort matériel, pour faire cavalier seul dans sa quête de vérité, une quête qui l’a tenu en haleine pendant toute sa vie.

D’ailleurs, je ne vais pas vous raconter sa vie ; Wikipédia le fait beaucoup mieux que je ne saurais le faire. Sachez seulement qu’il est né en 1886 dans une famille catholique de Blois (France), famille qu’il a quittée pour s’installer à Paris à l’âge de dix-huit ans. Il a alors frayé avec différents milieux, s’est marié dans la tradition catholique, a perdu sa femme pour se retrouver veuf et sans enfant. Pour des raisons que nous tenterons d’expliciter plus tard, à l’âge de quarante-quatre ans, il est parti au Caire (Égypte), un séjour d’un mois… dont il n’est jamais revenu. Dans cette ville, il s’est remariée et, s’il est devenu musulman, c’est tout simplement pour pouvoir le faire. Sur le Web, vous trouverez des commentateurs qui spéculent sans fin sur les raisons de cette conversion… mais ma propre expérience me permet d’affirmer haut et fort que j’ai raison : on ne peut pas se marier avec une musulmane sans le devenir nous-mêmes. Donc, René Guénon s’est marié et a fait quatre enfants. Surtout, il a choisi une vie simple, modeste sans être pauvre, une vie à l’écart du monde, évitant les visites. Il ne s’agit pas d’un anachorète, rassurez-vous. Simplement un homme qui ne recherche plus la reconnaissance pour elle-même et, dans l’ombre de sa nouvelle famille, poursuit son œuvre, coûte que coûte. Il a toutefois entretenu une correspondance foisonnante avec des intellectuels du monde entier.

Chose importante à souligner, et assez étonnante en soi : René Guénon n’a plus jamais remis les pieds en Occident par la suite. Il est mort au Caire en 1951 à l’âge de soixante-cinq ans.

En farfouillant sur le Web, j’ai trouvé de nombreuses références sur René Guénon, mais le site de cet homme humble, une qualité qui sied à tous ceux qui se mettent en position d’apprendre, notamment en se dépouillant de leurs couches de préjugés, m’a particulièrement impressionné. C’est de ce site (voir la référence ci-dessous) que j’ai tiré la liste des ouvrages publiés par René Guénon, ouvrages que je m’apprête à lire dans cet ordre.

Oeuvres parues du vivant de l’auteur

  • Introduction générale à l'étude des doctrines hindoues, 1921 (Éditions Guy Trédaniel).
  • Le Théosophisme, histoire d'une pseudo-religion, 1921 (Éditions Guy Trédaniel).
  • L'Erreur spirite, 1923 (Éditions Traditionnelles).
  • Orient et Occident, 1924 (Éditions Guy Trédaniel).
  • L'Homme et son devenir selon le Vêdânta, 1925 (Éditions Traditionnelles).
  • L'Ésotérisme de Dante, 1925 (Éditions Gallimard).
  • Le Roi du Monde, 1927 (Éditions Gallimard).
  • La Crise du monde moderne, 1927 (Éditions Gallimard).
  • Autorité spirituelle et pouvoir temporel, 1929 (Éditions Guy Trédaniel).
  • Saint Bernard, 1929 (Éditions Traditionnelles).
  • Le Symbolisme de la Croix, 1931 (Éditions Guy Trédaniel).
  • Les États multiples de l'Être, 1932 (Éditions Guy Trédaniel).
  • La Métaphysique orientale, 1939 (Éditions Traditionnelles).
  • Le Règne de la Quantité et les Signes des Temps, 1945 (Éditions Gallimard).
  • Les Principes du Calcul infinitésimal, 1946 (Éditions Gallimard).
  • La Grande Triade, 1946 (Éditions Gallimard).
  • Aperçus sur l'Initiation, 1946 (Éditions Traditionnelles).

Ouvrages parus à titre poshtume

  • Initiation et réalisation spirituelle, 1952 (Éditions Traditionnelles).
  • Aperçus sur l'ésotérisme chrétien, 1954 (Éditions Traditionnelles).
  • Symboles de la Science sacrée, 1962 (Éditions Gallimard).
  • Études sur l'Hindouisme, 1962 (Éditions Gallimard).
  • Études sur la Franc-maçonnerie et le Compagnonnage, 2 volumes, 1970 (Éditions Traditionnelles).
  • Formes traditionnelles et cycles cosmiques, 1970 (Éditions Gallimard).
  • Aperçus sur l'ésotérisme islamique et le taoïsme, 1973 (Éditions Gallimard).
  • Comptes rendus, 1974 (Éditions Traditionnelles).
  • Mélanges, 1976 (Éditions Gallimard).

Dans les prochaines semaines, voire dans les prochains mois, je vous parlerai un à un de ces ouvrages.