Daniel Ducharme : Culture web et expressions

Bob Morane 11 - Les Requins d'acier


Daniel Ducharme | Lectures | 2021-05-21


Ce onzième Bob Morane débute alors que notre héros se trouve à bord du South-Dakota, un paquebot qui fait route vers San Francisco en provenance de la Polynésie.Tranquillement installé dans un transat face à la mer, Bob Morane lit un article de journal relatant des évènements autour d'une série d'attaques de pirates dans le sud du Pacifique. Comme il fallait s'y attendre, quelques heures plus tard, il en est lui-même victime et, en tentant de résister, il reçoit une balle en pleine poitrine. Il est hospitalisé à San Francisco une quinzaine de jours. Pendant sa convalescence, il reçoit la visite d'Al Lewison, un haut responsable du Trésor américain. Avant qu'on lui tire dessus, Bob Morane a pu voir le visage du chef des pirates, ce qui le mettrait en danger. Lewison lui demande de collaborer, mais Morane refuse, n'ayant pas l'habitude de se mettre au service des assureurs et des banques… Lewison repart, déçu.

Mais les choses n'en restent pas là, on s'en doute bien. Le soir même, Bob Morane est victime d'un attentat qui aurait pu lui coûter la vie. Il rappelle donc Lewison pour lui annoncer qu'il participera à l'opération. Il s'embarque à bord d'un paquebot en direction de l'Australie, prêt à servir d'appât aux pirates, mais rien ne se passe, se sorte qu'il renonce à poursuivre et prend un vol pour Singapour, ayant reçu une demande de reportage de la revue Reflets pour laquelle il travaille à l'occasion. Mais il s'agit d'un piège : il est kidnappé par les pirates et conduit à bord d'un sous-marin qui chemine jusqu’au repaire des forbans, quelque part sur un atoll du sud du Pacifique. Pour survivre, il accepte de travailler pour le chef, l’homme aux yeux glauques, jusqu’à ce qu’il puisse trouver le moyen de s’évader. Il le fera, bien entendu, avec la complicité d’un dénommé Lawson, un pirate repenti. Ensemble, ils font sauter la voûte souterraine contenant l'arsenal des bandits, mais Bob réussit seul à s’enfuir, non sans difficulté, par ailleurs. Il finit sa course tout seul sur l'îlot voisin, étant persuadé de la mort du chef lors d’une rixe sous-marine. Au bout d’une dizaine de jours d’une vie à la Robinson, il est ramené sur une île habitée de Polynésie et rentre à San Francisco retrouver Lewison. Celui-ci le prévient qu’il court certains risques, car on ne sait pas si toute la bande a été éliminée. Bob n’y croit pas, mais est tout de même victime d’un chauffard qui lui vaut un deuxième séjour à l’hôpital. De nouveau libéré, il tombe de nouveau dans un piège et se retrouve sur le bateau de luxe d’un magnat de la presse mais, cette fois-ci, Lewinson intervient et tout le monde est sauvé, à l’exception du chef véritable des pirates qui est arrêté. Bob Morane ne peut quitter les États-Unis avant le procès. Il va se reposer chez son ami Frank Reeves, cet Américain qu’il a côtoyé au cours des deux premiers épisodes de cette série : La Vallée infernale et La galère engloutie.

Que penser de ce onzième Bob Morane ? Très honnêtement, il est d’une piètre qualité par rapport aux précédents. L’intrigue est tellement mince qu'elle nous devient vite indifférente. Quant au personnage du chef des pirates, il a si peu de consistance qu’on se demande bien quelles sont ses motivations. Et puis trop de chapitres sont consacrés à la fuite de notre héros aux prises avec des bandits. Même l'entêtement de Bob Morane à ne pas tenir compte des appels à la prudence de Lewison sont difficilement compréhensibles pour le lecteur, adolescent ou pas. Ça devient lassant… Même l’aspect documentaire - géographique, notamment - s’avère décevant : le jeune ado des années 1950 n’a pas appris grand-chose en lisant ce roman… Ni sur la Polynésie ni sur les prouesses techniques de l’aéronautique sous-marine.

J'espère un peu mieux de la prochaine aventure… Parlant d’aventure, je termine cette note de lecture par une citation d’Henri Vernes : « Mais ce n’était guère dans l’espoir de nouvelles aventures que Bob demeurait car, mieux que quiconque, il savait que l’aventure ne se cherche pas, qu’elle fond au contraire sur l’homme de façon imprévisible en empruntant les imprévisibles voies du hasard… »

Voilà qui rachète ce roman légèrement bâclé...

Vernes, Henri. Les requins d’acier (Bob Morane 11). Éd. Gérard (coll. Marabout Junior), c1955